- 30 07 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Jeux olympitres
Madagascar joue les Jeux olympitres, réservés aux handicapés politiques, depuis trois ans. C'est une compétition qui a la particularité de se disputer avec un seul pays qui essaie chaque jour d'améliorer ses propres records. Il invente lui-même les disciplines à disputer qui ne sont pas figées et qui peuvent augmenter au fur et à mesure de la compétition

- 27 07 12 - Tribune - Edito - Patrick A. - Pour un Etat policé
Armes en main et en plein tribunal d’Anosy, des hommes du Groupe d’intervention rapide (GIR) de la Police nationale se sont opposés à la mise en mandat de dépôt de cinq de leurs collègues. Ceux-ci sont impliqués dans la « bavure » ayant entraîné la mort d’un opérateur économique. Cela rappelle fortement le comportement des policiers de la ville de Toliara pendant l’affaire Michel Rehavana en décembre dernier. La situation actuelle évoque par moments celle de mars 2009, à savoir la « progressive perte de contrôle des forces de sécurité par le pouvoir exécutif ».

- 26 07 12 -  AFP - Sale temps pour les mineurs de saphir à Madagascar
Madagascar a cru qu'Ilakaka, plus gros gisement mondial de saphirs, pouvait faire sa fortune, mais la crise financière et l'instabilité politique ont douché ses espoirs. Le saphir reste aujourd'hui synonyme d'emplois de misère et dangereux.

- 24 07 12 - Tribune - Edito - Patrick A. - Tempêtes sous les crânes
Manipulation pour torpiller la rencontre aux Seychelles de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, acte désespéré pour retourner le rapport de forces avant cette rencontre, ou initiative un brin décousue de quelques francs-tireurs ? La tentative de mutinerie qui a eu lieu le 22 juillet à la base du 1er RFI a provoqué une multiplication d’hypothèses.

- 23 07 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Raspiliberga vita gasy
"Faute de preuves, il est difficile d’affirmer quels sont les responsables et les mobiles derrière la mutinerie du RFI du 22 juillet, cet énième épisode pitoyable de la descente aux enfers de nos forces de l’ordre et du désordre. Certes, il y a des convergences qui autorisent à imaginer ce qui est possible, mais sans aller jusqu’à affirmer qu’elles sont probables. Reste à voir si ce schéma vu et revu de 2009 à 2011 va encore être copié-collé pour cette affaire RFI, qui fait suite à « l’affaire FIGN » (mai 2010) et à « l’affaire BANI » (novembre 2011). Dans ce contexte, chercher une solution à la crise relève du vœu pieu, car le problème central est le pourrissement de mentalité de certains décideurs, et non plus un problème politique".

- 21 07 12 - IrinNews - Analyse - Madagascar, terre de bandits impitoyables
Environ un tiers de Madagascar est recouvert par des « zones rouges », expression locale désignant près de 200 000 kilomètres carrés de territoire sur lequel le gouvernement n’exerce que peu de contrôle, voire aucun, et où le banditisme prospère, selon les analystes.

- 20 07 12 - Tribune - Opinions - Laura R.,diplomate - L'Eglise FJKM entre la foi et Marc Ravalomanana
Dieu a abandonné Madagascar. Quand la politique entre en religion, Dieu en sort. Comme la Justice qui sort, quand la politique entre dans le prétoire. Les églises établies n’ont pas été épargnées par le virus de la politique politicienne. Et en particulier, l’église réformée FJKM qui devra choisir entre la politique et la foi. Le choix du camp Ravalomanana semble naturel pour une église dont le vice-président est l’ancien chef de l’Etat, entraîné dans le sillage de l’élection du pasteur Lala Rasendrahasina comme président et à laquelle il ne serait pas étranger. De ce point de vue et après les péripéties tourmentées des évènements 2009, la FJKM remplira difficilement la clause de confiance et d’apaisement pour une sortie de crise.

- 16 07 12 - Tananews - Communiqué de presse de la Troïka de la SADC
Dans un communiqué, la Troïka de la SADC donne aux protagonistes de la crise jusqu’au 31 juillet pour parvenir à un accord. Elle reste néanmoins discrète sur les détails de la rencontre censée aboutir à cet accord. «Si les deux parties ne sont pas capables de conclure un accord final pour s’assurer de la mise en œuvre de la feuille de route jusqu’au 31 juillet 2012, la ou les parties responsables de l’échec seront désavouées par la communauté internationale concernant une participation future dans le processus », menace-t-elle.

<>  14 07 12 - Tribune - Tribune libre - Alain Tehindrazanarivelo - Proposition de résolution pour l'amélioration de la mise en oeuvre de la feuille de route
La feuille de route a été signée le 17 septembre 2011. Ce document consacre un processus de transition négociée qui devrait aboutir, dans un délai raisonnable, à des élections libres, transparentes et crédibles. 9 mois plus tard, il apparaît que ces objectifs ne seront pas atteints, et à la crise politique s’est ajoutée une crise socio-économique sans précédent dans l’histoire de Madagascar. Face à cette situation, le CST a décidé de faire des propositions portant sur les voies et moyens permettant d'améliorer la mise en œuvre de la feuille de route. Ce document résume le constat et les propositions émis par la Haute assemblée.

- 06 07 12 - Le Monde - Planète - Comment la pêche européenne lèse Madagascar
Pour la flotte de pêche européenne, les eaux poissonneuses des pays du Sud représentent un véritable eldorado. Mais, selon certains, l'Union européenne exploite ces ressources sans en payer le juste prix, notamment à Madagascar. C'est notamment l'accusation portée par des chercheurs de l'université canadienne British Columbia, de la Banque mondiale et de l'ONG britannique Blue Ventures, dans une étude publiée par la revue scientifique Marine Policy. Selon l'étude, les quotas de pêche européenne en eaux malgaches ont augmenté de 30 % depuis 1986. Dans le même temps, les versements effectués en contrepartie par l'UE ont diminué.

- 06 07 12 - Tribune - Edito - Patrick A. - Désordres d'hier à l'ordre du jour
La rencontre entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina continue à se faire désirer. Si un certain scepticisme se manifeste dans les rangs des entités malgaches, les avocats les plus audibles de cette rencontre sont issus de la communauté internationale. La détermination de l'ordre du jour semble poser problème et expliquer ce retard. Celui-ci ne serait pas complet s’il n’abordait pas la question de la fortune personnelle de Marc Ravalomanana.

- 06 07 12 - Tribune - Opinions - J. Rava - L'arbre américain cache une forêt d'intérêts
Ni démocrate ni républicain. En 236 années d’indépendance, les Etats-Unis ne comprennent toujours pas que Ravalomanana n’entre dans aucune de leurs deux mouvances politiques. On ne comprend pas que le « gendarme du monde » veuille asphyxier le pays le plus pauvre du monde et prendre fait et cause pour un serpent à sonnettes. Il faudrait être américain pour ne pas se rendre compte que Marc Ravalomanana est tout sauf un démocrate ou un républicain convaincu. Cela n’empêche pas les Etats-Unis de prendre fait et cause pour un milliardaire devenu président. Il y a sans doute là une similitude de culture. Ravalomanana est un self made man, une incarnation « coloured » du rêve américain. Mais à Madagascar, il y a aussi et surtout un féroce combat entre les lobbies non seulement d’obédience américaine, mais aussi française, chinoise, japonaise.... La Grande île représente ces pays qui n’ont pas encore trouvé leurs marques et dont la faiblesse institutionnelle favorise une nouvelle colonisation rampante.


<>
05 07 12 - La Gazette - Courrier des lecteurs - Mino R. - La fortune de Ravalomanana aux enchères politiques
Un train peut en cacher un autre. Les intérêts de la mouvance Ravalmoanana ne sont pas les intérêts de Marc Ravalomanana. C’est le dernier paradoxe qui bloque la sortie de crise. On pensait que les manœuvres de blocage jouaient  en faveur des intérêts politiques de l’ex-président, elles serviraient plutôt à retarder l’heure d’un règlement des comptes. Paradoxalement, aucun membre éminent de sa mouvance n’a  intérêt à voir  Ravalomanana débarquer à l’aéroport dans l’immédiat. C’est une simple affaire de gros sous et non de souci de l’ordre public, ni de politique politicienne.  Un éventuel retour de l’ex mettrait fin à la curée dont sa fortune fait l’objet depuis 2009 ainsi qu’à la manne du financement des troubles. Les primaires de l’élection présidentielle montrent le bout du nez. Avant même la tenue de la rencontre Andry Rajoelina-Marc Ravalomanana, la guerre  de la succession est donc déjà ouverte.

- 03 07 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Bac à pleurs
Le Congrès dans la dèche, quoi de plus normal avec les sessions extraordinaires à n'en plus finir. À ce rythme les deux sessions ordinaires deviendront des exceptions et vice-versa. Les sessions extraordinaires sont devenues pratiquement mensuelles. À peine la cinquième entamée que des parlementaires signalent déjà qu'il en faudra une sixième. Les élèves n'ont pas la chance des parlementaires. Ils doivent réussir du premier coup et l'université est devenue un institut privé de l'État où l'entrée se fait par concours...Quant à l'armée, elle n'a d'yeux que pour les promotions.

- 02 07 12 - L'Express - Courrier des lecteurs - André Rasolo - Allons aux élections
Nous sommes dans un régime de Transition, sous sanction de la Communauté Internationale. La HAT a organisé un référendum constitutionnel le 17 novembre 2010, sans que celui-ci soit reconnu. Il est normal que la HAT cherche à présent l’aval de l’ONU avant de sortir un calendrier électoral. En 2010, les experts de l’ONU ont demandé 11 mois de préparation . En 2011, ils ont réitéré la même exigence. Et en 2012, ils proposent de jumeler les législatives et les présidentielles en mai-juin 2013. Que faut-il faire pendant ces 11 mois maintenus d’année en année ? Le rapport des experts de l’ONU devrait être porté à la connai­ssance du public pour que les Malgaches, et particulièrement les candidats, puissent suivre et évaluer à temps les travaux de la CENIT . À partir de là, on comprendra les raisons de ces 11 mois de préparation exigée. L'auteur propose de suivre ces recommandations pour les présidentielles mais il suggère d'organiser d'ici fin 2012 des élections communales et législatives, sous réserve de l'aplication de 10 mesures pour fiabiliser le scrutin.

-------------------------------------------------------

 <> articles particulièrement signalés - <>doc documents à valeur permanente

 ------------------------------------------------------