<> 27 09 17 - Pour la préparation apaisée et performante des élections démocratiques de 2018
La société civile fait bloc pour condamner le projet de référendum.
Les 75 organisations membres du mouvement Rohy, issues des 22 régions, ainsi que TI-IM (Transparency International - Initiative Madagascar) et l’ONG Ivorary, ont publié une déclaration commune pour rejeter ce projet, estimant qu’il n’appartient pas à un régime sortant de procéder à cette révision constitutionnelle.
"Une révision de la Constitution, si imparfaite soit elle, pourrait entraîner une nouvelle crise, compte tenu de la désapprobation générale qu’elle provoque, sauf de la part des partisans du régime sortant. Elle révèle une volonté de se prolonger au pouvoir d’une part en remettant en question les articles qui gênent pour viser la victoire à la prochaine élection présidentielle, et d’autre part de faire diversion notamment sur la question du statut et des élections du chef Fokontany qui, contrairement aux argumentations lancées, peut être juridiquement et techniquement mis en œuvre sans toucher à la Constitution », déclarent ces OSC qui poursuivent : « Si la révision de la Constitution doit se faire, elle devra être entreprise de manière approfondie et sans précipitation, dans un réflexion nationale multi-acteurs sur les aspirations de la population issus des 22 régions, sous tous les secteurs socio-économique, environnemental et culturel ».
La société civile « soutient le plaidoyer fait par la CENI sur le calendrier des élections présidentielles car il doit être connu et annoncé maintenant, afin que toutes les parties prenantes se préparent efficacement ». Elle se déclare enfin « particulièrement vigilante sur le traitement législatif de la corruption et de toutes les fraudes électorales » et appelle« dès maintenant à la perspicacité et à la vigilance de tous les électeurs afin qu’ensemble, l’on réclame la publication des résultats du scrutin, bureau de vote par bureau de vote, et répercutée de sous-totaux en sous-totaux à tous les niveaux »

<> 
15 09 17 - Tribune - Communiqué - Une révision constitutionnelle inutile et dangereuse
Dans une déclaration commune, le SeFaFi, le GEN (Groupe des Experts Nationaux), le KMF/CNOE (Comité National d’Observation des Elections), le CDE (Club Développement et Ethique), le MAMIMAD (Malagasy Miara-Mandroso Aron’ny Demokrasia), le CRAB (Cercle de réflexion et analyse de Bongolava) et l'Association Mamiko ny Taniko soulignent qu’il est inopportun de vouloir réviser la Constitution à la hâte, avant les élections prévues en 2018. La société civile estime qu’ « entamer aussi tardivement un processus constitutionnel sur la simple question de la démission du président de la République, candidat à sa propre succession, semble servir le seul intérêt particulier du président actuel et non pas l’intérêt général de la nation ».

- 04 09 17 - France Info - Géopolis - Montée d'un sentiment anti-chinois à Madagascar
La Chine occupe une place de plus en plus importante à Madagascar, un des pays les plus pauvres d’Afrique. Une présence encouragée par les autorités. Mais qui, depuis quelques années, suscite des manifestations d’hostilité au sein de la population locale. Inquiètes de la montée du sentiment anti-chinois, les autorités malgaches prônent l’apaisement, bien décidées à ne pas couper les ponts avec ce très puissant partenaire. Etat des lieux.

 

----------------------------------------------------

 <> Articles particulièrement signalés - <>doc  Documents à valeur permanente

-----------------------------------------------------